L'effet de levier pour et dans les organisations

Donnez moi un point d'appui et un levier et je soulèverai le Monde !      [Archimède]

En mécanique, un levier est généralement constitué d’une barre rigide, mobile autour d’un axe de rotation appelé pivot. Le levier modifie la force à exercer. Aussi pour soulever un objet donné, agir à distance et de manière démultipliée, il est possible d’appliquer une force réduite pourvu qu’on utilise un levier suffisamment grand. Mais, en contrepartie, la hauteur de l’objet soulevé est limitée.

Dans l’espace organisationnel, la métaphore du levier est fréquemment utilisée pour désigner les modalités d’action que les managers mobilisent pour parvenir à leurs fins. Simons (1994) explique ainsi que les systèmes de valeurs, les règles, l’interaction et les outils de gestion sont autant de leviers de contrôle que les dirigeants mettent en œuvre selon qu’ils veulent maintenir le cap stratégique ou en changer.

De manière plus générique, le terme de « levier » est utilisé pour décrire le point d’appui d’une politique d’entreprise. Cette métaphore traduit la recherche d’efficience dans la pratique du management : un effort moindre pour des potentialités plus grandes et sans commune mesure. On peut aussi entendre par l’usage du levier une distanciation au point d’appui (soit de la réalité quotidienne) qui garantit une réflexivité dans la prise de décision.

Si le levier est entendu dans son acceptation la plus positive, son usage n’en est pas moins risqué. En physique, la distance au point d’appui accroît la capacité à soulever des charges lourdes, mais fragilise le bras de levier. Le point d’appui, lui aussi, doit être suffisamment solide et stable. Miser sur un effet levier nécessite donc une sécurisation a priori du dispositif. Il peut s’agir de s’assurer que les systèmes de valeur sont partagés, que les réseaux de communication sont stables, que l’on prend une distance critique au bon moment.

Le Comité Scientifique de l’IFBAE invite les chercheurs à soumettre des communications qui font des leviers en gestion un objet de recherche, quelle que soit la discipline concernée : Marketing, Finance, Intelligence Économique, Management public, Management international, Communication pour les organisations, Gestion des Ressources Humaines, Contrôle de Gestion, Comptabilité, Logistique, Systèmes d’information, etc. Ces propositions devront contribuer à mieux cerner ce que l’on appelle un levier en gestion, les potentialités qui en découlent, et leurs limites, voire les risques, auxquelles l’usage des leviers expose les organisations.